Niger, une jeunesse en quête d’espoir !

Niger, une jeunesse en quête d’espoir !

« Quand on est pauvre, le savoir est une arme ». Ce proverbe nigérien nous revient en tête en cette période de rentrée scolaire. Au Niger, nombreux sont ceux qui n’ont pas la chance de prendre le chemin de l’école ou de recevoir une scolarité de qualité adaptée au marché économique. Le manque d’encadrement et d’opportunité d’emplois touche particulièrement les jeunes de moins de 35 ans qui pourtant représentent 70% de la population nigérienne.

Sans ressources, ces jeunes constituent une cible de choix pour les groupes armés ou trafiquants qui recrutent de plus en plus dans cette région du monde touchée par la menace du groupe terroriste Boko Haram. Pour fuir la misère, certains tentent la traversée du désert en vue de rejoindre l’Algérie et la côte méditerranéenne. Un voyage vers l’espoir d’une vie meilleure au péril de leur vie.

Et pourtant, avec deux fois de plus de bouches à nourrir d’ici 2025, le Niger a besoin de sa jeunesse pour prendre le relais d’une population agricole vieillissante, apporter des innovations et faire évoluer les modes de production.

Des champs à la table: un projet de valorisation des jeunes et…

… de la pomme de terre au Niger !

La Fédération des Coopératives Maraîchères du Niger (FCMN-Niya), partenaire de SOS Faim a pris conscience de la nécessité d’offrir aux jeunes des opportunités de carrière dans le secteur agricole. C’est pourquoi ils encouragent des jeunes comme Anima (34 ans) et Faddé (19 ans) à se lancer dans l’entreprenariat agricole tout en valorisant un produit de chez eux: la pommes de terre.

Découvrez comment le Niger pourrait bientôt devenir le pays de la frite:

Télécharger notre bulletin d’information

Et n’oubliez pas, pour que la lutte contre la faim soit aussi une avancée vers une vie moins précaire et pour que les jeunes voient leur avenir ailleurs que dans l’exil, nous avons besoin que chacun d’entre vous continue de nous soutenir.

Nous comptons sur vous, et de tout cœur nous vous remercions pour votre soutien.

Article publié dans : @fr