Un premier bilan du séminaire « Des droits pour les paysans et les ruraux : place à l’action ! »

Un premier bilan du séminaire « Des droits pour les paysans et les ruraux : place à l’action ! »

Décembre 2019

Organisé par l’ASTM, FDH, SOS Faim et le Cercle des ONGD le 15 novembre 2019, ce séminaire visait à faire connaître la Déclaration des droits des paysans adoptée par les Nations Unies en 2018, mais aussi à lancer des pistes d’actions concrètes  pour le Luxembourg à travers sa politique agricole et sa politique de coopération au développement. Selon les organisateurs, le Luxembourg est amené à jouer un rôle moteur dans cette mise en œuvre dans la mesure où il a été, avec le Portugal, le seul pays de l’Union européenne à oser soutenir cette Déclaration ayant une immense valeur pour le monde paysan qui reste largement majoritaire dans la grande majorité des pays en développement.

Comment faire sortir de l’invisibilité juridique et politique le monde paysan, fort de quelques 500 millions de personnes   ? C’est fondamentalement le défi relevé au cours des 20 dernières années par une groupe d’hommes et de femmes qui s’est étoffé au fil des années. Ces années sont celle  d’une lutte mais aussi d’une maturation pour que ce qui, à l’origine, était une réaction à trop d’injustices, devienne un Déclaration des paysans, avant d’éclore en une déclaration des Nations Unies. Ce processus a été retracé par certains de ses acteurs :

Geneviève Savigny, Confédération Paysanne, CVC/LVC, France

 Massa Kone, Porte-Parole de la CGLTE OA, Mali 

Astrid Bouchedor, FIAN Belgique

Melik Ozdem, CETIM, Suisse

Christophe Golay de l’Académie de droit international humanitaire et de droits humains à Genève a ensuite parcouru la Déclaration pour en extraire les articles phare  qui fixent de nouvelles normes et des devoirs pour les Etats appelés à revoir un certain nombre de leurs politiques dans des domaines variés. Par exemple, certaines normes du droit international commercial devront être ignorées ou modifiées afin de protéger le droit aux semences des paysans.

Melik Özden directeur du CETIM à Genève a pu témoigner de la manière dont la Suisse, dont les autorités fédérales étaient à première vue hostile à l’adoption de cette Déclaration, ont finalement dues se rallier au soutien réclamé par la société civile suisse soucieuse de lutter contre l’accaparement des terres et plus globalement contre l’impasse représentée par l’industrialisation croissante de l’agriculture.

A l’issue de cette matinée qui a rassemblée quelques soixante-dix personnes, l’après-midi  a été consacrée à la réflexion pour une  mise en œuvre au niveau des politiques luxembourgeoises.

Plusieurs exposés thématiques ont permis de sérier les grands défis  posés par les acquis de la Déclaration:

Seul intervenant de la société civile luxembourgeoise Frank Adams, maître semencier et fondateur de l’association SEED, a présenté le droit aux semences et à la biodiversité cultivée comme constituant un levier essentiel pour contrer le droit à la propriété intellectuelle qui régit actuellement la commercialisation des semences certifiées.

Plusieurs activistes membres d’organisations des sociétés civiles des pays en développement se sont ensuite succédé.

Maïrama Haman Bello, APESS (Cameroun) a illustré la nécessité d’abolir les discriminations envers les femmes et les populations rurales ;

Ibrahim Diori, d’Alternatives Espace Citoyen (Niger) a exposé le droit à l’alimentation et à la souveraineté alimentaire ;

Ronaldo Galeano, CUC (Guatemala) a développé le droit à la participation citoyenne ;

Massa Kone (Mali), Porte-Parole de la Convergence Globale des Luttes Terre et Eau en Afrique de l’Ouest, a témoigné de l’engagement des sociétés civiles ouest africaines en faveur de la reconnaissance du droit à la terre et aux autres ressources naturelles.

Les interventions de Raymond Weber, ancien directeur de Lux Dev et actuel président de SOS Faim, qui a assuré l’introduction et la conclusion de la journée, ainsi que celle de Jean Feyder, ancien ambassadeur du Luxembourg pour les institutions de Genève ont insisté sur le potentiel de la Déclaration à apporter davantage de justice et d’égalité dans le monde et ont, comme plusieurs autres intervenants, porté un regard très visionnaire sur la Déclaration.

Si le Ministre de l’Agriculture n’a finalement pas pu participer à l’événement, Madame Lenert, Ministre de la Coopération et de l’Action Humanitaire, a souligné la portée hautement symbolique de la Déclaration. Dans les mois à venir, il s’agira d’intensifier le dialogue avec le gouvernement sur les mesures concrètes à prendre pour traduire la Déclaration dans les faits. 

Pour les organisations partenaires, le bilan est positif dans la mesure où le séminaire a été l’occasion de braquer les projecteurs sur une Déclaration passée inaperçue au niveau des instances gouvernementales du Luxembourg. Il a également permis de rassembler outre des représentants ministériels, des universitaires et des acteurs de la société civile qui ont à cœur de faire progresser l’approche par les droits et de revendiquer une prise de conscience de la dette que l’imposition de politiques néo-libérales par les pays industrialisés ont contracté envers les pays en développement.

Article publié dans : @fr