Les femmes : piliers oubliés de la lutte contre la faim et la pauvreté !

Les femmes jouent un rôle important dans la lutte contre la faim et la pauvreté. Un rôle qui pourrait toutefois être encore plus crucial si leurs droits étaient davantage défendus.

Les femmes assument une multitude de rôles dans le milieu agricole dont certains sont essentiels à la sécurité alimentaire et au bien-être de la famille. En tant que mères, agricultrices, institutrices, ou entrepreneuses, elles ont dans leurs mains les clés d’un monde sans faim. Pourtant, malgré l’importance de leur rôle, elles sont victimes de nombreuses discriminations qui nuisent au bien-être de la famille et de la société en générale.

Un rôle majeur dans la production vivrière et la sécurité alimentaire et pourtant…

Dans les pays en développement, les femmes jouent un rôle crucial au sein des foyers, des travaux agricoles et dans les activités complémentaires génératrices de revenus. 79% des femmes économiquement actives produisent des vivres via l’agriculture. Les femmes représentent 43% de la main d’œuvre agricoles. Elles participent à l’ensemble des stades de la production vivrière et produisent l’essentiel de la nourriture consommée localement. Si les hommes labourent généralement les champs et conduisent les animaux de trait, les femmes accomplissent la majorité des autres travaux : ensemencement, désherbage, fertilisation et récolte des denrées de base comme le riz, le blé et le maïs. Elles fournissent 60 à 80% de la production alimentaire familiale. Elles se consacrent également beaucoup aux activités de transformation de la production (pression de l’huile, décorticage du riz, transformation en fromage) sources de revenus pour la famille.

…  Un accès inégal aux ressources et services de bases !

Le rôle majeur joué par les femmes dans la production vivrière et la sécurité alimentaire n’est malheureusement pas reconnu. Elles sont très peu soutenues, victimes de nombreuses inégalités en terme d’accès aux ressources et services de base par rapport aux hommes, et leur voix n’est que trop rarement entendue.

Elles ont très peu accès à l’éducation, elles sont souvent mariées très jeunes, elles font face à de nombreuses violences domestiques. Dans de nombreuses sociétés la tradition et la législation empêche les femmes d’être propriétaire de la terre même en cas de décès de leur mari. Sans terre en guise de garantie, les femmes ont difficilement accès au crédit. Et sans crédit, elles ont souvent du mal à se procurer les intrants de bases (semences, outils et engrais) ou  à investir dans des travaux d’amélioration du système d’irrigation. Leur rôle dans la production agricole étant peu reconnu, les femmes ont rarement accès à des formations et autres services de vulgarisation. Elles endurent pourtant de pénibles conditions de travail. En Asie et en Afrique des études ont démontré qu’elles travaillaient jusqu’à 13h de plus par semaine que les hommes. Et ceci pour des revenus nettement inférieurs, jusqu’à 50% de différence. Elles ne bénéficient pas non plus d’un bon accès au marché car ce sont souvent les hommes qui se retrouvent dans les points de  commercialisation.

Si l’on parvenait à éliminer ces disparités entre les sexes, les moyens d’existence des populations rurales pourraient s’en trouver considérablement améliorés.

« Lorsque vous investissez dans un homme, vous investissez dans un individu. Lorsque vous investissez dans une femme, vous investissez dans une communauté »  Kanayo F. Nwanze, Président du Fonds international de développement agricole (FIDA).

Selon l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le rendement des exploitations familiales pourrait être augmenté de 20 à 30% si les femmes avaient le même accès aux ressources productives que les hommes. Ce qui permettrait de réduire le nombre de personnes qui souffrent de la faim, soit 875 millions de personnes à l’heure actuelle.

Très investies dans leur rôle de mère et d’épouses, les femmes sont prêtes à bon nombre de sacrifice pour le bien-être de leur famille. Elles consacrent jusqu’à 90% de leurs revenus pour la nutrition et la santé de la famille, ainsi que pour l’éducation des enfants. Des recherches confirment que les augmentations de revenus de la famille, si placées dans les mains des femmes, amélioreraient la santé et la nutrition des femmes.

Renforcer le droit des femmes est le moyen essentiel pour améliorer la sécurité alimentaire des 875 millions de personnes qui souffrent de la faim dans le monde, essentiellement dans les pays en développement.

Une injustice contre laquelle SOS Faim lutte depuis de nombreuses années.

Découvrez l’histoire de Aïssatou au Bénin, de Marthe au Burkina Faso et de Fatima au Niger