Un premier bilan du séminaire « Des droits pour les paysans et les ruraux : place à l’action ! »

Décembre 2019

Organisé par l’ASTM, FDH, SOS Faim et le Cercle des ONGD le 15 novembre 2019, ce séminaire visait à faire connaître la Déclaration des droits des paysans adoptée par les Nations Unies en 2018, mais aussi à lancer des pistes d’actions concrètes  pour le Luxembourg à travers sa politique agricole et sa politique de coopération au développement. Selon les organisateurs, le Luxembourg est amené à jouer un rôle moteur dans cette mise en œuvre dans la mesure où il a été, avec le Portugal, le seul pays de l’Union européenne à oser soutenir cette Déclaration ayant une immense valeur pour le monde paysan qui reste largement majoritaire dans la grande majorité des pays en développement.

Comment faire sortir de l’invisibilité juridique et politique le monde paysan, fort de quelques 500 millions de personnes   ? C’est fondamentalement le défi relevé au cours des 20 dernières années par une groupe d’hommes et de femmes qui s’est étoffé au fil des années. Ces années sont celle  d’une lutte mais aussi d’une maturation pour que ce qui, à l’origine, était une réaction à trop d’injustices, devienne un Déclaration des paysans, avant d’éclore en une déclaration des Nations Unies. Ce processus a été retracé par certains de ses acteurs :

Geneviève Savigny, Confédération Paysanne, CVC/LVC, France

 Massa Kone, Porte-Parole de la CGLTE OA, Mali 

Astrid Bouchedor, FIAN Belgique

Melik Ozdem, CETIM, Suisse

Christophe Golay de l’Académie de droit international humanitaire et de droits humains à Genève a ensuite parcouru la Déclaration pour en extraire les articles phare  qui fixent de nouvelles normes et des devoirs pour les Etats appelés à revoir un certain nombre de leurs politiques dans des domaines variés. Par exemple, certaines normes du droit international commercial devront être ignorées ou modifiées afin de protéger le droit aux semences des paysans.

Melik Özden directeur du CETIM à Genève a pu témoigner de la manière dont la Suisse, dont les autorités fédérales étaient à première vue hostile à l’adoption de cette Déclaration, ont finalement dues se rallier au soutien réclamé par la société civile suisse soucieuse de lutter contre l’accaparement des terres et plus globalement contre l’impasse représentée par l’industrialisation croissante de l’agriculture.

A l’issue de cette matinée qui a rassemblée quelques soixante-dix personnes, l’après-midi  a été consacrée à la réflexion pour une  mise en œuvre au niveau des politiques luxembourgeoises.

Plusieurs exposés thématiques ont permis de sérier les grands défis  posés par les acquis de la Déclaration:

Seul intervenant de la société civile luxembourgeoise Frank Adams, maître semencier et fondateur de l’association SEED, a présenté le droit aux semences et à la biodiversité cultivée comme constituant un levier essentiel pour contrer le droit à la propriété intellectuelle qui régit actuellement la commercialisation des semences certifiées.

Plusieurs activistes membres d’organisations des sociétés civiles des pays en développement se sont ensuite succédé.

Maïrama Haman Bello, APESS (Cameroun) a illustré la nécessité d’abolir les discriminations envers les femmes et les populations rurales ;

Ibrahim Diori, d’Alternatives Espace Citoyen (Niger) a exposé le droit à l’alimentation et à la souveraineté alimentaire ;

Ronaldo Galeano, CUC (Guatemala) a développé le droit à la participation citoyenne ;

Massa Kone (Mali), Porte-Parole de la Convergence Globale des Luttes Terre et Eau en Afrique de l’Ouest, a témoigné de l’engagement des sociétés civiles ouest africaines en faveur de la reconnaissance du droit à la terre et aux autres ressources naturelles.

Les interventions de Raymond Weber, ancien directeur de Lux Dev et actuel président de SOS Faim, qui a assuré l’introduction et la conclusion de la journée, ainsi que celle de Jean Feyder, ancien ambassadeur du Luxembourg pour les institutions de Genève ont insisté sur le potentiel de la Déclaration à apporter davantage de justice et d’égalité dans le monde et ont, comme plusieurs autres intervenants, porté un regard très visionnaire sur la Déclaration.

Si le Ministre de l’Agriculture n’a finalement pas pu participer à l’événement, Madame Lenert, Ministre de la Coopération et de l’Action Humanitaire, a souligné la portée hautement symbolique de la Déclaration. Dans les mois à venir, il s’agira d’intensifier le dialogue avec le gouvernement sur les mesures concrètes à prendre pour traduire la Déclaration dans les faits. 

Pour les organisations partenaires, le bilan est positif dans la mesure où le séminaire a été l’occasion de braquer les projecteurs sur une Déclaration passée inaperçue au niveau des instances gouvernementales du Luxembourg. Il a également permis de rassembler outre des représentants ministériels, des universitaires et des acteurs de la société civile qui ont à cœur de faire progresser l’approche par les droits et de revendiquer une prise de conscience de la dette que l’imposition de politiques néo-libérales par les pays industrialisés ont contracté envers les pays en développement.

Posted in @fr |

SOS Faim à la SAM

Du 21 au 25 octobre dernier s’est tenue à Ouagadougou la 4ème Semaine Africaine de la Microfinance. SOS Faim y était représentée par son Président, une partie de l’équipe et les antennes du Burkina et du Mali. L’enjeu pour SOS Faim était surtout de valoriser son dispositif AGRI+, qui fut présenté lors d’une session du programme officiel, lors d’une rencontre spéciale avec la Ministre luxembourgeoise de la Coopération, Madame Lenert, et à travers notre stand d’information.

On peut également mentionner au programme de cette semaine très riche : un échange avec le ROPPA (Réseau des Organisations Paysannes et des Producteurs Agricoles de l’Afrique de l’Ouest) sur le financement agricole, notre participation à un atelier sur la microfinance et la transition écologique et sociale  (TES) organisé par la SIDI (France) et le MAIN (Microfinance African Institutions Network), notre participation à la Commission de Partenariat Burkina Faso-Luxembourg et à l’AG du MAIN, ainsi que de nombreuses rencontres. Pour en savoir plus sur AGRI+ : www.agriplus.lu

Posted in @fr |

Retour sur le marché du 17 novembre

Dans le cadre de sa campagne Changeons de menu!, SOS Faim organisait le 17 novembre dernier au Tramsschapp, la 4e édition du Alternativen Liewensmëttel Maart. Vous étiez nombreux à venir à la rencontre des différents producteurs et porteurs d’initiatives pour une alimentation durable. Merci à tous ceux qui sont venus et aux membres de notre carte de l’alimentation responsable présents pour cette édition!

SOS Faim vous donne déjà rendez-vous le 29 novembre prochain pour la 5e édition!

Pour en savoir plus sur notre campagne: www.changeonsdemenu.lu

Posted in @fr |

Les clients de EXKi Luxembourg font preuve de générosité dans le cadre de l’opération déjeuners solidaires !

Une collecte a été organisée tout le mois d’octobre au sein des restaurants, ce qui a permis de récolter 555,26€ pour nos projets en Afrique. Après cofinancement du Ministère des Affaires étrangères, c’est au total 2776€ qui seront investis pour permettre à des hommes et des femmes de produire de quoi se nourrir eux-mêmes.

En parallèle de cette collecte, l’opération Déjeuners Solidaires a été l’occasion de sensibiliser la clientèle d’EXKi au projet mené par SOS Faim et plus largement aux enjeux de l’alimentation et de l’agriculture durable.

Le 20 novembre dernier s’est déroulée la remise de chèque symbolique par les équipes d’EXKi Luxembourg. L’occasion d’échanger sur les retours positifs des actions menées ensemble et de partager la volonté de continuer ce type de collaborations dans les quatre restaurants.

Nous remercions EXKi pour l’accueil reçu au sein des restaurants ainsi que pour leur engagement pour une alimentation durable.
Un grand merci également à tous les clients qui ont fait un don ou qui ont participé à nos ateliers de sensibilisation sur l’impact environnemental de l’alimentation!

Posted in @fr |

Damit sie morgen klarkommen

Unterstützen Sie sie heute bei ihren Projekten!

Wir starten ambitionierte und konkrete Aktionen in Afrika, um Familien eine nachhaltige landwirtschaftliche Arbeit zu ermöglichen.

Für wen?

Über unsere lokalen Partner tragen wir effizient zur Umsetzung von Projekten in Benin, Burkina Faso, Äthiopien, Mali, im Niger und in der Demokratischen Republik Kongo bei.
2018 konnten wir 883.450 Familien auf dem Land helfen, ihre landwirtschaftlichen Projekte umzusetzen und zu Ende zu bringen!
2019 zählen wir auf Sie, damit wir noch mehr Familien helfen können!

Wie?

Die Aktionen von SOS Faim beziehen sich auf:

  • den Kauf landwirtschaftlicher Geräte
  • berufliche Bildung
  • Mikrofinanzierung
  • den Dialog zwischen Bauern und Finanziers
  • Umwandlung und Vertrieb landwirtschaftlicher Produkte
  • Agroökologie
  • Stärkung von Kooperativen

Die Auswirkungen der Maßnahmen von SOS Faim sind direkt und konkret messbar.
Bei den Empfängern unserer Unterstützung handelt sich um Personen, die bereit sind, sich selbst zu helfen. Sie benötigen lediglich einen finanziellen Schub, um ihre Projekte durchführen zu können.

Möchten Sie ihnen Hilfe zur Selbsthilfe leisten?

Kurzfristig:

  • Durch eine Spende von 25€ können Sie zum Kauf von 15 kg Samen beitragen.
  • Durch eine Spende von 38€ können Sie zu einem Training in Öko-Agronomie für eine Person beitragen.
  • Durch eine Spende von 50€ können Sie zum Kauf von zwei Wagen beitragen.

Ab einer Spendenhöhe von insgesamt 120€ pro Jahr für eine oder mehrere zugelassene Vereinigungen können Sie einen Steuerabzug geltend machen.

Langfristig:

Jede finanzielle Unterstützung hilft den Menschen dabei, dass sie uns irgendwann nicht mehr brauchen!
Denken Sie über eine regelmäßige Spende nach und spenden Sie 10, 20, 50€ oder jeden anderen Betrag monatlich, um unsere Aktionen zu unterstützen.

Ab einer Spendenhöhe von insgesamt 120€ pro Jahr für eine oder mehrere zugelassene Vereinigungen können Sie einen Steuerabzug geltend machen.

15/11 Des droits pour les paysans et les ruraux : place à l’action !

Séminaire organisé par Action Solidarité Tiers-Monde (ASTM), le Cercle des ONGD, Frères des Hommes (FDH) et SOS Faim

En décembre 2018, la Déclaration de l’ONU sur les droits des paysan.ne.s et des autres personnes vivant dans les zones rurales (DNUDP) était adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies (ONU) à New-York par une large majorité de pays.

Cet instrument international pour les droits humains ouvre de larges perspectives en ce qu’il doit permettre d’améliorer les conditions de vie des populations rurales, mais aussi contribuer à la pleine réalisation de l’Agenda 2030 pour le développement durable, comme à la réussite de la Décennie de l’agriculture familiale de l’ONU.

Face aux multiples crises contemporaines, il est fondamental de placer les petit.e.s agriculteur.rice.s au cœur de systèmes alimentaires plus durables et de les associer à leur gouvernance pour combattre la croissance de la faim et des inégalités. Les petit.e.s agriculteur.rice.s sont également indispensables à la préservation des ressources naturelles et au développement de pratiques agricoles agroécologiques.

Comment dans ce contexte, le Luxembourg, seul pays de l’Union européenne avec le Portugal, à avoir voté en faveur de cette Déclaration devant l’Assemblée générale des Nations Unies, peut-il s’atteler à la mettre en œuvre à travers sa politique agricole et sa politique de coopération au développement ?

Programme de la journée:

9h00 – 9h15 Accueil

9h15 – 9h30 Mot d’accueil par Raymond Weber

9h30 – 9h45 Introduction : pourquoi l’adoption de la Déclaration par les Nations Unies fin 2018 ouvre t-elle une nouvelle ère ? par Henry Saragih, La Via Campesina (LVC) (sous réserve)

9h45 – 10h45 Le chemin vers la Déclaration des Nations Unies : un bel exemple de mobilisation des acteurs de la société civile

– Geneviève Savigny, Confédération Paysanne, LVC, France

– Ndiakhate Fall, FONGS, LVC, Sénégal

– Astrid Bouchedor, FIAN , Belgique

– Melik Özden, CETIM, Suisse

10h45 – 11h15 Pause

11h15 – 11h45 Les articles phare de la Déclaration : de nouvelles normes et leurs implications par Christophe Golay, Académie droits humains/Genève

11h45 – 12h15 Un exemple de mobilisation nationale : la Suisse – Présentation par Melik Özden, CETIM, Suisse

questions / réponses

12h15 – 13h30 Repas local

13h30 – 13h45 Synthèse de la matinée par Pascal Erard (CFSI)

13h45 – 15h00 Les grands défis posés par les acquis de la Déclaration:

Le droit aux semences et à la biodiversité cultivée : Frank Adams, maître semencier, SEED, Luxembourg

Abolir les discriminations envers les femmes et les populations rurales : Maïrama Haman Bello, APESS, Cameroun

Le droit à l’alimentation et à la souveraineté alimentaire : Ibrahim Diori, Alternatives Espace Citoyen, Niger

Le droit à la participation citoyenne : Ronaldo Galeano, CUC, Guatemala

Le droit à la terre et aux autres ressources naturelles : Massa Kone, Porte-Parole de la Convergence globale des luttes pour la terre et l’eau d’Afrique de l’Ouest (CGLTE OA), Mali

questions / réponses

15h00 – 15h15 Pause-café

15h15 – 15h30 Le soutien du Luxembourg à la Déclaration par Jean Feyder

15h30 – 16h45 Quelle mise en œuvre par le Luxembourg ?

-Madame Paulette Lenert, Ministre de la Coopération et de l’Action humanitaire

-Monsieur Romain Schneider, Ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural

16h45 – 17h00 Conclusion par Raymond Weber

Informations pratiques :

Quand ? Vendredi 15 novembre 2019 de 9h à 17h

Où? Luxembourg Lifelong Learning Center LLLC / CSL, 2-4 Rue Pierre Hentgès, 1726 Luxembourg

Entrée libre ! Inscription en ligne obligatoire

Posted in @fr |

PAC : quelle cohérence avec le développement des agricultures paysannes du Sud ?

Alors que les discussions et les négociations en vue de l’élaboration de la nouvelle PAC pour la période 2021-2027 sont en cours, la commission Agriculture et alimentation (C2A) de Coordination SUD et la plateforme Meng Landwirtschaft ont voulu faire le point sur les effets et impacts de la PAC sur les paysanneries des pays du Sud, en vue de préciser et de compléter leurs propositions pour la prochaine PAC et d’étayer leurs arguments. Il s’agit in fine de défendre une politique agricole européenne qui soit effectivement en cohérence avec les objectifs de développement de l’UE et avec le respect des droits humains. La présente étude a ainsi été réalisée en appui aux actions de plaidoyer de la C2A et de Meng Landwirtschaft.

Télécharger l’étude

Comment expliquer facilement les aberrations et conséquences désastreuses de la politique agricole commune de l’Europe ? C’est le défi que le youtubeur Pierre Chevelle a accepté de relever. En tout trois vidéos qui seront diffusées progressivement sur les réseaux sociaux. Avec celles-ci, Coordination SUD souhaite insister sur trois problèmes majeurs de la PAC : la déstabilisation des économies en Afrique de l’Ouest, les conséquences sur le climat, et la déforestation dues aux importations massive du soja pour alimenter le bétail en Europe. Voici déjà les deux premières vidéos produites par Changer le monde en 2 heures. La troisième vidéo sera diffusée le 9 novembre.

Nos exportations Absurdes de Blé

Le Business Dangereux du Soja

Posted in @fr |

Le pouvoir des femmes dans les luttes pour la souveraineté alimentaire

À l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation, le Réseau mondial pour le droit à l’alimentation et à la nutrition, dont SOS Faim est membre, lance « le pouvoir des femmes dans les luttes pour la souveraineté alimentaire ».

Dans le contexte actuel de montée de la faim et de l’effondrement écologique, les femmes et toutes les personnes qui cherchent à réinventer l’alimentation, l’environnement et les économies font face à un nombre sans cesse croissant d’attaques. Ce numéro de l’Observatoire du droit à l’alimentation et à la nutrition est une publication opportune et nécessaire : les auteures abordent des questions essentielles du pouvoir et exposent la violence structurelle qui dénigre les femmes et l’environnement.

Paradoxalement, les femmes constituent l’essentiel des producteurs et productrices de produits alimentaires dans le monde, mais elles souffrent démesurément de la faim. De plus, cela reste largement méconnu. Bien que les expériences et l’accès à l’alimentation des femmes ne soient pas uniquement influencés par leur sexe, mais aussi par leur race, leur classe et leur orientation sexuelle, toutes les femmes sont touchées par la violence. À certains endroits, elles sont sous-représentées, marginalisées et exclues, invisibles dans les politiques, les données et la recherche. Dans d’autres cas, l’autoritarisme et le conservatisme religieux limitent l’autonomie alimentaire et l’intégrité physique des femmes. Dans le monde entier, les femmes sont exploitées et dépossédées de leurs terres et de leurs ressources.

Malgré tout, contre toute attente, comme le montre abondamment ce numéro, les femmes s’organisent, se mobilisent et exercent leur autonomie dans le monde entier. Dans les champs du Mali et de l’Inde, les femmes cultivent des aliments nutritifs d’une manière juste sur le plan social et environnemental. Dans les rues du Brésil, elles manifestent contre la violence dans le secteur agroalimentaire grâce à la Marche des pâquerettes. Les femmes qui migrent de l’Amérique centrale vers l’Amérique du Nord font face à l’adversité, tandis qu’à Jinwar, dans le nord de la Syrie, elles construisent une nouvelle société et cultivent la nourriture collectivement. Au niveau mondial, les femmes influencent les prises de décisions au niveau international dans le Comité des Nations Unies sur la sécurité alimentaire mondiale.

Cette publication est le résultat d’un processus de réflexion collective mené par les femmes. Ici, les auteures invitent les mouvements féministes et autour de l’alimentation, qui sont aussi divers que leurs luttes et leurs antécédents politiques, à nouer des alliances et à se joindre à la discussion pour faire avancer les droits des femmes, y compris des jeunes femmes et des filles. Leur mission est de créer des systèmes alimentaires justes.

Face aux crises multiples, la force de la résistance individuelle et collective des femmes pour ouvrir la voie à de meilleures relations sociales et écologiques ne peut être sous-estimée.

Vous pouvez accéder à la publication et son supplément ici.

Posted in @fr |

20/11 HUNGRY PLANET : Armes Huhn, armer Mensch !

Im Rahmen des Programms im Kulturhaus ROTONDES organisieren SLOW FOOD Luxembourg, FAIRTRADE Lëtzebuerg und SOS Faim die Veranstaltungsreihe HUNGRY PLANET.

Das 66. Event der Reihe heißt:

Cocorico!

Es gibt das glückliche Federvieh

Armes Huhn, armer Mensch!

Was hat unser Oster-Ei mit der afrikanischen Wirtschaftsflucht zu tun? Sehr viel! Der Dokumentarfilm „Armes Huhn – armer Mensch“ gibt Einblick in das europäische Agrarsystem, in dem sich einflussreiche Lobbygruppen und Großunternehmer bereichern – auf Kosten von Tier, Mensch und Umwelt – und zum großen Schaden der afrikanischen Wirtschaft. Wir gehen auf Spurensuche und decken die Fakten auf: Politiker, Hühnerbarone, Landwirte, Tierschützer und Verbraucher kommen in der Dokumentation zu Wort. So entsteht ein vielschichtiges Bild vom komplexen „System Eierund Hühnerfleischproduktion“ mit seinen Auswirkungen, Wiedersprüchen, gesellschaftlichen und finanziellen Herausforderungen. (Ein Film von Jens Niehuss und Simone Bogner, deutsche Fassung ohne Untertitel, 2018, 75’)

Die Magie artgerechter Tierhaltung

Dass es auch anders geht, zeigt der Hof “An Dudel” in Sprinkange. Unter dem Label “Dudel-Magie” produziert die Familie Emering Bioprodukte aus einer nachhaltigen Landwirtschaft, die ohne Gentechnik und frei von jeglichen chemischen Substanzen erzeugt wurden.
Nachhaltigkeit steht nicht für einen modernen Verkaufsschlager, sondern gehört bei der biologischen Produktion zur Selbstverständlichkeit indem keine Produktionsmittel (chemische Dünger, Pestizide) eingesetzt werden, die mit hohem CO2-Ausstoß hergestellt wurden. Alle Produkte stammen soweit wie möglich vom eigenen Hof oder aus regionaler Erzeugung.
Die Bio-Hähnchen sind das Ergebnis von Kreuzungen verschiedener langsam wachsender Fleischrassen. Durch den Anbau von Getreide und Leguminosen kann ein Großteil des Futters direkt vom eigenen Hof abgedeckt werden. In diesem Fall dienen die Leguminosen (Erbsen/Ackerbohnen) der Eiweißversorgung der Tiere.
Marc Emering wird einen kurzen Einblick in die Produktionsweise des Hofes “An Dudel” geben und auf Fragen aus dem Publikum antworten.

Das gehaltvolle Eierbuffet

Wie gewohnt, wird der Rotondes-Haustraiteur Steffen ein Buffet auf der Basis von Produkten der Dudel-Magie – Eier, Nudeln, Hähnchen – anbieten:
Salade de Spirelli à la tomate confite et pesto / Petit club sandwich au Poulet / Tagliatelles épeautre et sauce au burrata luxembourgeois,/ Oeuf parfait cuit à 60° sur purée de pomme de terre truffée/Crème brûlée à la fève tonka/Pasteis de nata.

Diskussion im Rahmen der Plateforme und der Bar in der Rotonde1.
Mittwoch 20.11.2019 um 18:30 Uhr
Rotonde 1, place des Rotondes, Luxembourg-Bonnevoie
Unkostenbeitrag: Mitglieder(*) : EUR 16,- Nicht-Mitglieder: EUR 21,-
(*) Mitglieder von Slow Food, Fairtrade und SOS Faim

Obligatorische Reservierung vor Sonntag, 17.11.2019 auf www.rotondes.lu
https://rotondes.lu/agenda/details/event/hungry-planet-7

Posted in @fr |

Éradiquer la faim : une utopie réaliste

Le 16 octobre est la Journée Mondiale de l’Alimentation, mobilisons-nous !

Pour la troisième année consécutive, les agences des Nations Unies ont annoncé une augmentation de la faim dans le monde, qui atteint aujourd’hui 820 millions de personnes1.

En moyenne, nous produisons 4500 kcal par personne et par jour, soit deux fois plus que les besoins journaliers d’un adulte2. La production mondiale pourrait nourrir 15 milliards d’habitants, mais 820 millions de personnes souffrent de la faim. En parallèle, près de 2 milliards de personnes sont en surpoids, dont 650 millions de personnes obèses3. Plus surprenant, l’obésité touche de plus la population des grandes villes d’Afrique. Quel paradoxe !

Cette année, le thème retenu pour la Journée Mondiale de l’Alimentation (16 octobre) est la nourriture saine et durable. Tandis que la population ne cesse de croître, l’ONU nous invite à nous interroger sur ce que nous mangeons. Garantir l’accès à une nourriture saine, durable, et avec une bonne valeur nutritive nécessite une profonde transformation de nos habitudes de consommation ainsi que de nos modes de production agricole.

Pour éradiquer la faim dans le monde, la vision dominante, poussée par les multinationales de l’agro-industrie, est de produire davantage. Certaines de ces entreprises de semences et de pesticides investissent massivement en Afrique et exportent ce qui est de plus en plus décrié dans nos pays industrialisés : l’appauvrissement des sols, la baisse de la qualité nutritive de nos aliments, la destruction de la biodiversité ou encore les risques pour la santé des habitants.

Or, il ne s’agit pas de produire davantage pour nourrir toute la population, mais surtout de produire mieux. SOS Faim, à travers son soutien à l’agriculture familiale dans six pays d’Afrique, œuvre pour favoriser les cultures vivrières et durables, afin de donner le pouvoir aux paysans d’être les garants de leur autosuffisance alimentaire. Nous défendons le développement d’une agriculture économiquement viable, socialement responsable et respectueuse de l’environnement.

Les Organisations Paysannes et les Institutions de micro finance que nous soutenons permettent aux paysans de développer et de diversifier leurs exploitations. Elles rendent possible un meilleur accès aux ressources en leur proposant un accès facilité au crédit, des formations, des centrales d’achats…

En faisant un don à SOS Faim, vous contribuez à faire baisser la faim dans le monde tout en prenant en compte des critères environnementaux et de santé. Nous vous en remercions.

  1. Rapport de l’ONU : « Etat de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde- 2019 »
  2. Olivier De Schutter, ex-rapporteur spécial de l’ONU, Interview Le Point – 2014
  3. Organisation Mondiale de la Santé – 2016
Posted in @fr |