Bénin : le fromage une opportunité pour Aïssatou !

Aïssatou habite le village de Zongo 2 dans la commune d’Abomey au Bénin. Comme la plupart des exploitants agricoles de la zone, son mari est éleveur. Dans cette région aride, les éleveurs doivent parcourir des dizaines de kilomètres avec leurs troupeaux pour trouver des pâturages.

Si le gros bétail est l’affaire des hommes, la production et la transformation laitière est bien celle des femmes. La transformation du lait en fromage «GASSIRE WAGASHI» permet à Aïssatou d’apporter un revenu supplémentaire et ainsi subvenir aux besoins essentiels de sa famille

Alors que son mari est membre de l’ANOPER, Aïssatou a créé avec d’autres femmes de son village, un groupement féminin. Vu l’impressionnant dynamisme de ce dernier, l’ANOPER lui fournit des équipements adaptés à la production du Wagashi tant apprécié des Peulhs. En 2015, toujours grâce à l’ANOPER, le groupement construit son propre atelier de transformation assez sommaire mais qui permet à ces femmes de travailler ensemble et d’améliorer leur production de fromage. Parallèlement, les femmes ont également suivi des formations sur l’hygiène alimentaire, la gestion d’une coopérative et la commercialisation. Depuis lors, Aïssatou a surtout compris que « seule, on ne peut pas beaucoup, mais qu’à plusieurs on est plus forts ! ».

Aujourd’hui, Aïssatou vit sereinement avec son mari et sa mère.  Ses trois enfants sont scolarisés et ont quitté le nid familial. Elle reste une des femmes les plus actives de son groupement. Au niveau du village, l’absence d’école et de centre de santé reste un obstacle majeur à l’amélioration des conditions de vie de la population. Mais Aïssatou reste optimiste !

Au Bénin, la femme rurale joue un rôle crucial au sein des exploitations agro-pastorales en plus de ses multiples tâches d’épouse et de mère. Elles transforment le lait s’occupent des petits ruminants et participent aux travaux agricoles aux champs.

Mais de nombreux obstacles se dressent sur leur chemin : difficultés d’accès à la terre, au crédit, aux semences, à la formation agricole… Tant de facteurs qui empêchent les femmes de jouer pleinement leur rôle d’actrices du développement rural.

Depuis 2011, SOS Faim soutien l’Association Nationale des Organisations Professionnelles d’Eleveurs Ruminants (ANOPER), une organisation paysanne de 35.000 éleveurs au Bénin et qui accordent une attention particulière aux femmes.

Grâce à l’ANOPER de nombreuses femmes béninoises ont l’opportunité de jouer leur rôle de moteur de développement.

A l’image d’Aïssatou, de Marthe et de Fatima, les femmes africaines sont courageuses et créatives. Elles méritent notre soutien, VOTRE soutien.

Aidez-nous à leur donner un avenir !