Alternative Espaces Citoyens dénonce un projet d’accaparement de terres au Niger

Alternative Espaces Citoyens dénonce un projet d’accaparement de terres au Niger

Depuis un certain nombre d’années, l’accaparement de terres prend de plus en plus de l’ampleur au Niger. L’exemple le plus emblématique est le cas de la société privée saoudienne Al Horaish à travers sa filiale nigérienne dénommée « Fleuve Niger SA ». Depuis 2014, elle négocie un accord de partenariat public/ privé pour l’obtention en bail de 120 000 hectares de terres agricoles et pastorales dans le bassin du lac Tchad, terres occupées et exploitées aujourd’hui, au moins en partie, par des petits producteurs et éleveurs. En raison de l’énorme enjeu que représente ce projet, l’Observatoire sur le droit à l’alimentation et la souveraineté alimentaire au Niger (initiative portée par Alternative Espaces Citoyens en partenariat avec d’autres organisations de la société civile du Niger) a décidé de produire un rapport d’analyse sur le sujet.

Télécharger le rapport

Article publié dans : @fr