En Afrique, après la crise sanitaire…



la crise alimentaire !

Au-delà des conséquences sanitaires, le Covid-19 provoquera une récession économique dans de nombreux pays. Plus silencieuse, une crise alimentaire est attendue, notamment en Afrique.

Les raisons de cette crise alimentaire, en lien avec le covid-19, sont multiples : fermeture des frontières, des marchés, flambée des prix des produits importés, perte de main d’œuvre, ralentissement économique etc.

Prenons l’exemple de l’inflation du prix du riz, aliment de base dans cette partie de l’Afrique. Les pays africains font partie des plus gros consommateurs mondiaux et ils sont également parmi les plus grands importateurs, ce qui les rend très dépendants aux variations de prix du marché. Depuis le début de l’année, le prix du riz a augmenté de près de 25%, notamment en raison de la diminution ou de l’arrêt temporaire des exportations depuis l’Asie de cette denrée au cours de la pandémie.

Pourtant, ces pays africains sont également producteurs de riz, mais leur production est largement insuffisante.

Pour que l’Afrique puisse se nourrir elle-même, développer et soutenir l’agriculture locale est indispensable. La crise du Covid-19 nous montre en effet que faire reposer la sécurité alimentaire de l’Afrique sur les importations n’est pas une solution viable.

Depuis plus de 25 ans, SOS Faim soutient le développement de filières locales, comme celle du riz, agissant ainsi en faveur de l’autonomie alimentaire des pays concernés. Nos actions vont dans le sens d’un monde plus juste, plus solidaire, plus équitable et plus durable.

Un monde sans faim est possible grâce à une agriculture locale, familiale et durable !